•  

    WP 001389

     

     Décidément, je n'aime pas les cimetières, même paysager ! Je n'aime pas les stèles de marbre, les noms écrits à l'or fin, les fleurs artificielles, tout ce dont les morts se fichent complètement et qui ne sont là que pour rassurer les vivants ou flatter leur orgueil. Comme si l'affection ou l'estime que l'on portait à quelqu'un se mesurait au kilo de marbre ou à la richesse de la "décoration".... Tout cela me laisse perplexe.

    Ma mère est partie et je ne voudrais pas manquer de tact ni être la "vilaine fille", mais à travers les hommages qui lui ont été rendus, tant par la presse que par les personnes qu'elle avait côtoyées, j'ai du mal à faire coïncider l'image que j'en garde avec celle qu'elle donnait à l'extérieur. Suis-je passée à côté ? Je ne sais pas !

    Personnalité à composante typiquement histrionique, elle était un peu comme ces personnes encensées socialement qui sont dans l'intimité d'autoritaires et invivables tyrans !

    Bien sûr, sa vie a été jalonnée d'épreuves incontestables qui expliquent sans doute en partie ce qu'elle fut. Dans mon souvenir, elle ne s'épanouissait vraiment que pendant les vacances d'été ; nous quittions Bordeaux pour la mer ou la montagne de la fin des classes à la rentrée et je crois que ce sont les seuls moments où j'ai pu voir ma mère légère, insouciante, rieuse ! La rentrée sonnait le glas de ces moments de grâce...

    Aujourd'hui, je serais hypocrite en disant que je suis inconsolable. Pourtant, je sens qu'il va me falloir un peu de temps pour apaiser mes turbulences et ma mémoire et la laisser vivre dans les souvenirs comme il conviendra à chacun.


    6 commentaires
  • WP 001340 

    On avait fini par la croire immortelle et je me demande si elle ne le croyait pas un peu aussi ! Samedi elle parlait encore du livre qu'elle avait l'intention d'écrire et s'étonnait de se sentir si fatiguée ! Evidemment elle ne savait pas tout et c'était très bien ainsi. D'ailleurs, un jour, elle m'avait murmuré : "dis, et si je meurs un jour ? "...

     

    Elle était ma mère est elle est partie hier soir, très vite, chez elle, entourée de ma soeur et de mes frères arrivés juste à temps.

     

    La connaissant, je suis sûre qu'elle aurait été ravie-enchantée de se voir sur mon blog, souriant de toutes ses vraies dents malgré l'amputation du pied qu'elle venait de subir, à 89 ans (mais oui) !  C'était il y a tout juste un an.


    10 commentaires
  • WP 001340 

    On avait fini par la croire immortelle et je me demande si elle ne le croyait pas un peu aussi ! Samedi elle parlait encore du livre qu'elle avait l'intention d'écrire et s'étonnait de se sentir si fatiguée ! Evidemment elle ne savait pas tout et c'était très bien ainsi. D'ailleurs, un jour, elle m'avait murmuré : "dis, et si je meurs un jour ? "...

     

    Elle était ma mère est elle est partie hier soir, très vite, chez elle, entourée de ma soeur et de mes frères arrivés juste à temps.

     

    La connaissant, je suis sûre qu'elle aurait été ravie-enchantée de se voir sur mon blog, souriant de toutes ses vraies dents malgré l'amputation du pied qu'elle venait de subir, à 89 ans (mais oui) !  C'était il y a tout juste un an.


    10 commentaires
  • imagesCAXK4IXEJ'aime bien les italiens...et depuis samedi soir, je crois que je les aime un peu plus ! J'explique :

    Samedi soir, j'avais le choix entre l'élection de miss France, quelques feuilletons américains et La Traviata sur ARTE, en léger différé depuis la Scala de Milan. Ce fut donc La Traviata !

    Violetta était certes un peu (beaucoup) replète pour une phtisique moribonde mais la voix était belle et bien adaptée au rôle. Alfredo fut correct, sans plus, contrairement à Germont, superbe ; rien à dire pour les choeurs, excellents !

    Tout aurait été pour le mieux si la mise en scène n'avait pas été aussi mauvaise, vraiment mauvaise ! Le jeune metteur en scène russe avait voulu "faire" contemporain, ce fut d'une parfaite nullité !  

    Et j'ai pris un très grand plaisir, au moment des saluts, à l'entendre se faire copieusement huer par le public italien qui visiblement n'avait pas apprécié sa prestation.

    On parie qu'à Paris nos snobinard de service auraient trouvé ça géniaaaaaaaaaaaal ?

    Sympathiques, quand même ces italiens !

     

    Et puis, si vous en avez l'occasion, allez voir le film " Les garçons et Guillaume, à table !" C'est un film drôle, sensible sans sensiblerie, original, intelligent et bien joué. Je me suis régalée du début à la fin !  


    6 commentaires
  • imagesCAXK4IXEJ'aime bien les italiens...et depuis samedi soir, je crois que je les aime un peu plus ! J'explique :

    Samedi soir, j'avais le choix entre l'élection de miss France, quelques feuilletons américains et La Traviata sur ARTE, en léger différé depuis la Scala de Milan. Ce fut donc La Traviata !

    Violetta était certes un peu (beaucoup) replète pour une phtisique moribonde mais la voix était belle et bien adaptée au rôle. Alfredo fut correct, sans plus, contrairement à Germont, superbe ; rien à dire pour les choeurs, excellents !

    Tout aurait été pour le mieux si la mise en scène n'avait pas été aussi mauvaise, vraiment mauvaise ! Le jeune metteur en scène russe avait voulu "faire" contemporain, ce fut d'une parfaite nullité !  

    Et j'ai pris un très grand plaisir, au moment des saluts, à l'entendre se faire copieusement huer par le public italien qui visiblement n'avait pas apprécié sa prestation.

    On parie qu'à Paris nos snobinard de service auraient trouvé ça géniaaaaaaaaaaaal ?

    Sympathiques, quand même ces italiens !

     

    Et puis, si vous en avez l'occasion, allez voir le film " Les garçons et Guillaume, à table !" C'est un film drôle, sensible sans sensiblerie, original, intelligent et bien joué. Je me suis régalée du début à la fin !  


    6 commentaires