• Le maire de mon village ne manque pas d'humour et personne n'oublie

    d'éteindre son téléphone lors des concerts qui ont lieu dans cette église !


    votre commentaire
  • Vies parallèles au soleil de Paros


    4 commentaires
  •  

    Sereine désolation

    J'ai trouvé dans une revue cet article qui correspond si bien à ce que je pense que j'ai eu envie de le transcrire.  J'aurais aimé l'écrire… 

    "La colère glisse sur la terre et trop souvent s'empare des hommes en se parant des habits étincelants d'une révolte légitime. Or, la colère peut-elle être juste ? Est-elle un moteur sain ? Elle emporte des foules entières comme le feu un massif d'herbes sèches, mais existe-t-il de bonnes raisons d'exprimer sa colère ? Les images des contestations qui éclatent dans notre société sont saturées de visages tendus, de cris, d'une violence que l'on estime justifiée. Mais pourquoi ? Pourquoi exprimer son désaccord devrait-il être nécessairement brutal ? Et lorsqu'il ne l'est pas, pourquoi retient-on plutôt ce visage plutôt que d'autres plus aimables ?

    Peut-être parce que la colère est, en définitive, l'expression inconscient d'autre chose. Surtout lorsqu'elle se pare des meilleures intentions. L'ombre, ce que l'on réprime, les dimensions de nous que l'on refuse de voir, ce que nous avons refoulé dans l'oubli intérieur. Alors, on la laisse animer notre révolte et on la regarde se répandre en se méprenant sur son origine et ses intentions. La colère, la sienne ou celle qui nous fascine chez les autres, est un mirage. Elle conforte notre confusion.

    La colère est une tristesse clandestine, une mélancolie qui refuse de se voir.

    Alors on veut que tout vole en éclat sauf soi-même. Que tout change, sauf le verrouillage de notre inconscient. Foutre  dehors les autres, le système, etc... mais ne rien toucher au cocon sécurisé de notre somnolence hypnotique. Où va-t-on ainsi, sinon à davantage d'exaspération et de tristesse ? …

    … Oui, la haine consume. Elle ne produit que cela, et uniquement cela. De la désolation. Davantage de confusion. La colère nous empoisonne, nous aveugle, nous illusionne sur l'existence d'un royaume accessible par un combat contre des forces extérieures, alors qu'il ne s'ouvre que dans la paix, la non-violence et la bienveillance, au coeur de notre être.

    La violence est un poison. Elle n'est que l'expression de notre inconscient refoulé. Ne nous trompons pas de chemin."

    Stéphane Allix

     


    4 commentaires
  •  

    Je suis revenue mais je n'ai pas le temps, pour le moment, d'écrire de longs et profonds articles comme je le souhaiterais ! J'aime beaucoup cette photo en noir et blanc et il me plait de la partager avec vous ! 

    Devinette : où est le pianiste ?


    11 commentaires
  •  

    Pour fêter mon retour ! 

     


    6 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires