• Elle ne s'appelle pas Brigitte, il ne s'appelle pas Emmanuel et je les connais bien. Elle était son élève, il était son professeur. Pourtant elle était largement son aînée ! Elle était mariée, il était célibataire. Au début, ce ne fut qu'une amitié, une complicité, une communauté de pensées, de philosophie et d'humour. Jusqu'à ce que...

    Bien sûr, ce ne fut pas toujours facile. Il y eut le divorce et ses complications, le regard des autres et celui de sa propre famille. Mais ses enfants adoptèrent le nouveau compagnon sans réticence. Ses parents à lui, accueillirent la nouvelle venue avec chaleur et gentillesse ; puisque leur fils était heureux...

    Vingt ans ont passé et ces deux là sont toujours ensemble ! Comme chez tous les couples il y eut plein de bonheurs mais aussi des cahots, des soubresauts, des jours de doute et des chagrins. Au final, rien que de très ordinaire !

    Enfin...ordinaire peut-être pas. Ces deux là ont quand même un sacré caractère, chacun dans leur genre !

    La dernière fois que je les ai vus, je me suis sentie bien chez eux....


    2 commentaires
  • Il faut savoir se faire plaisir de temps en temps ! Il n'est pas resté grand chose de cette tarte aux fraises ni de sa copine. A la place de la crème pâtissière, j'ai testé une crème chantilly et mascarpone. C'est pas mal du tout ! La prochaine fois j'essaie le caramel au vinaigre balsamique....


    6 commentaires
  • Misogyne, sexiste, méchante, cette "Une "de Charlie Hebdo est tout sauf drôle ! A l'heure du "mariage pour tous", qu'une femme soit nettement plus âgée que son mari reste un tabou et ça me met très en colère !

    Le monde trouve normal qu'un vieux barbon collectionne ou épouse des jeunettes mais crie au scandale lorsque c'est le contraire ! Dans le premier cas, cela signifie que l'homme est encore vert (bravo !), dans l'autre que la femme est une salope ! Cherchez l'erreur.

    Et les féministes ? Elles sont où sur ce coup là ? En train de chipoter sur des questions de vocabulaire ?

    Oui, je sais, je m'énerve ! Mais avouez qu'il y a de quoi !


    8 commentaires
  • J'aurais dû ! J'aurais dû dire à l'anesthésiste de compétition (il n'a même pas pris ma tension, ni écouté le cœur !) qui m'a reçue avant cette fichue opération que je supportais mal les anxiolytiques ! J'aurais dû lui dire qu'ils avaient pour effet de me priver de toute réaction lucide sans pour autant diminuer d'un iota le stress ou l'angoisse ! Bien au contraire...

    Je me suis donc retrouvée, vendredi dernier à 7 h 30 du matin, allongée sur le billard, les bras en croix, avec d'un côté le tensiomètre et l'électrocardiogramme et de l'autre une perfusion. Heureusement nous n'étions pas le vendredi saint, sinon j'aurais eu des doutes quant aux intentions du chirurgien ! Question confort et relaxation, il y a mieux !

    Je vous épargne la suite des préparatifs aussi chaleureux que la banquise, ils n'ont qu'un intérêt limité. Et puis l'anesthésiste est arrivé... Bien sûr que j'étais stressée ! Comme la plupart des personnes dans la même situation, non ? Stressée mais prête pour la locorégionale prévue. Sauf que, la dose d'anxiolytique injectée pour me "calmer", m'a assommée au point que j'avais du mal à comprendre les propos de l'infirmière... Malgré tout, anesthésie fut faite. Mal ! Quand le chirurgien a commencé son œuvre, ma jambe était encore sensible ! Et c'est là que le "cauchemar" a commencé...

    L'anesthésiste est revenu, bien sûr ! Entre ses injonctions et celles de l'infirmière que mon esprit embrumé ne parvenait pas à saisir, le tensiomètre qui coupait la circulation de mon bras, j'ai cru un moment que j'étais dans une chambre de torture... l'horreur !

    Je me suis réveillée deux heures plus tard, en salle de réveil, près d'une infirmière qui m'a annoncé qu'on allait me ramener dans ma chambre, que finalement j'avais eu droit à une anesthésie générale parce que je bougeais trop !

    Je suis rentrée chez moi le soir même, comme prévu, ravie de quitter la clinique mais je crois que le soir venu, je ne me suis jamais endormie aussi tôt et aussi vite !

    Ca, c'était vendredi dernier et étant donné la dose de cochonneries diverses et variées que l'on m'a injectées, je commence tout juste à me sentir mieux !

    Je pense que lors de la visite de contrôle je ne me priverai pas d'exprimer avec calme et sérénité mais fermeté le fond de ma pensée !

    Ceci dit, le chirurgien, lui, a fait du bon travail !


    8 commentaires
  •  

     Ce soir, je ne regarderai pas le débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron !

    Je tiens à ce que ma tension reste à un niveau raisonnable et à ce que ma digestion se fasse sans heurts ni soubresauts !


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires